Photo Yves BRUN manifeste

Yves BRUN

Candidat aux élections législatives

Yves BRUN, 59 ans, est expert-comptable dans un des plus importants cabinets de Bretagne.
Il est aussi enseignant et formateur dans les domaines de la gestion, de la comptabilité et du droit fiscal.
Son activité professionnelle et l’intérêt personnel pour la Bretagne lui donne une bonne connaissance du tissu économique du territoire, dans le monde de l’entreprise, en particulier dans le milieu du nautisme et de la culture bretonne.

Issu de familles bretonnes du Porzay, du Goëlo et du Penthièvre, de ces familles qui ont du émigrer vers Paris au début du XXe siècle, il décide de revenir en Bretagne en 1982 pour s’y établir. Il poursuit sa carrière en entreprise notamment dans la grande distribution et en cabinet d’expertise comptable.

Il collabore activement dans la filière nautique dans le Finistère et en Bretagne à partir de 1993. Il publie l’ouvrage « le Nautiscope », mémento à l’usage des centres nautiques.

L’exercice en cabinet d’expertise lui permet de découvrir, mais aussi de prendre conscience des difficultés des petites et moyennes entreprises sur le territoire, tant au niveau du développement des activités qu’au niveau de l’environnement institutionnel et bancaire.

Homme de terrain et de conseil, il constate la difficulté d’application des textes réglementaires venus du « haut » et les effets négatifs de ces réglementations sur l’économie.

Construire la Bretagne avec l’esprit de la gavotte

Il est coauteur de l’ouvrage « le nouveau défi armoricain » (Statbreiz 2015) où il a traité particulièrement la reconstitution des comptes publics en Bretagne. Un autre modèle est possible, décentralisé, comme il en existe dans d’autres pays d’Europe.

Il porte l’idée que l’entreprise est une véritable unité sociale et culturelle en action sur le territoire et non pas un objet financier, objet de prédation ; mais aussi qu’un gros effort est nécessaire pour bâtir un écosystème favorable aux TPE, véritable richesse de notre territoire, trop souvent gênées par des obligations administratives trop lourdes. Il faut donc en prendre soin de la même manière qu’il faut prendre soin de la personne et de l’environnement.

Il soutient qu’une grande partie de la résolution de nos difficultés passera par une forte décentralisation des décisions, source d’un renouveau démocratique, fondement de vraies responsabilités et facteur d’économies.