Nautisme : acte II ou Re ‘zo re !

Nautisme : acte II ou Re ‘zo re !

La grogne dans les centres nautiques finistériens et bretons continue et un véritable bras de fer s’engage avec les institutions nationales et leurs représentations régionales.

Trop c’est trop, (Re ‘zo Re !) disent ils.

La Bretagne possède cette caractéristique d’être dynamique, inventive et travailleuse, honnête de surcroit, patiente souvent. Elle n’accepte pas l’opacité des systèmes et le prélèvement injuste du fruit  de son labeur.
Le nautisme breton brille par son succès. La dernière course au large avec la victoire d’Armel Le Cleac’h mais aussi de tous les coureurs bretons le montre. Cette réussite incontestable est le fruit d’une politique menée de plusieurs décennies par des hommes et des femmes la plupart du temps bénévoles qui pensent que la voile pour tous est d’abord une école de vie sociale mais aussi une discipline humaine qui générera des champions hors normes.


La crise des centres nautiques bretons est en fait un symptôme de cette organisation classique « hypercentralisée et surnormée » qui se fissure peu à peu, symptôme qui est le signe d’une maladie institutionnelle que  nous retrouvons dans d’autres secteurs d’activités.
Le centralisme a échoué et échouera encore dans la lutte contre les inégalités territoriales. Et celles–ci se transforment en inégalités économiques et sociales. Il y a donc urgence  à faire émerger une offre qui soit une véritable alternative au centralisme et propose une vraie régionalisation.
Le Nautisme par son dynamisme a permis de créer des emplois de proximité qu’il serait absurde de détruire par des décisions réglementaires inappropriées.
Soulignons en cette semaine du 1er Mars, fête de la Saint David,  jour de la fête nationale de nos cousins gallois, que leur pays bénéficie dans le cadre de la dévolution de pouvoirs depuis 1999 d’une assemblée propre qui a le pouvoir d’adopter des lois depuis 2011 (comme cela existait en Bretagne et dans d’autres provinces avant 1789)

Une autre organisation est possible, de nombreux exemples en Europe montrent leur efficacité.

Yves BRUN, candidat « Oui la Bretagne » soutiendra toutes les initiatives qui permettront aux régions de retrouver leur capacité réelle de décision, qui respecteront la spécificité des territoires qui amélioreront la vie démocratique.
Yves BRUN
Candidat  OUI LA BRETAGNE aux élections législatives sur la 1ère circonscription du Finistère, Quimper et environs.